Tous les métiers sont mixtes : Laurence, rectifieure

Notre série de portraits de femmes qui exercent un métier dans lequel il est peu courant de les retrouver se poursuit avec Laurence. Avec ses mots, elle nous explique son quotidien de rectifieure, un métier technique, chez MicroMécanique. Elle est la première femme à avoir été embauchée au sein des ateliers de cette entreprise qui s’engage pour la féminisation de ses ateliers.

 

 

Je m’appelle Laurence, j’ai 53 ans. Je suis rectifieure sur des machines de rectification, ce qu’on appelle une rectifieuse. Mon métier … C’est un peu compliqué ! C’est de l’usinage de matière par frottement avec des meules abrasives.

 

Ses études

 

A la sortie de troisième, j’ai fait deux ans de BEP en micromécanique. Je n’étais pas trop scolaire donc je n’ai pas poussé trop loin les études. A l’école, j’étais passionnée par les ateliers mais le reste … ce n’était pas trop mon truc ! Ayant des difficultés scolaires, on m’a proposé ce métier, la micromécanique. Qu’est-ce que c’est ? Je ne savais pas. Je suis allée visiter l’école, j’ai vu les ateliers et là, il y a eu un déclic ! Ça m’a plu. Quand j’ai commencé ma formation, ça c’est confirmé.

 

Parler du métier de rectifieure, est-ce facile ?

 

J’en parle facilement à l’extérieur. Les personnes qui me connaissent savent que j’ai toujours été dans les métiers « d’hommes ». Ça ne fait que 5 ans que je suis dans le métier de rectifieure mais j’ai toujours eu des métiers qui touchaient au niveau des machines. Quand j’en parle à de nouvelles personnes, les gens sont un peu curieux. C’est vrai que c’est étonnant mais j’en parle volontiers parce que je suis passionnée de ce métier.

 

 

 Un métier d’homme ?

 

Quand je suis sortie de troisième, je suis arrivée dans une école où il n’y avait que des garçons. On était trois filles dans une classe de trente-et-un. On était un peu bousculées par les garçons parce qu’ils sont cash, ils disent les choses comme ça vient contrairement aux filles.
A mon arrivée chez MicroMecanique, il n’y avait que des hommes. Mon patron souhaitait féminiser l’atelier. J’ai été très bien accueillie. J’étais à l’écoute de ce qu’ils me disaient, j’apprenais. On apprend à tout âge ! A partir du moment où l’on s’intéresse aux choses, qu’on écoute les gens, qu’on reproduit ce qu’on nous dit, il n’y a pas de soucis.
Je dis souvent que c’est un métier d’homme parce qu’il n’y a que des hommes. Je le dis naturellement, ça ne me gêne pas, je suis tellement bien dans ce domaine !

 Laurence utilise une machine.

 

Son quotidien

 

Le travail est assez varié, on gère beaucoup de choses. A partir du moment où l’on récupère notre plan et nos pièces, on analyse tout : le travail qu’on va faire, le matériau qu’on va utiliser, de quelle façon on va prendre notre pièce.

Quand je commence une production, je récupère la pièce, le plan, et j’étudie le plan. Ensuite, c’est de la mise en place de machine. Suivant la pièce, on met en place un mandrin avec des mors pour la prise de pièce ou un système de pinces. Des fois, certaines pièces se travaillent entre deux pointes. Il y a toute cette préparation de matériel avant. En outillage, sur les rectifieuses, on travaille uniquement avec des meules, de différentes grandeurs selon si on doit travailler à l’extérieur de la pièce, à l’intérieur. Les meules s’adaptent selon cet usinage. Elles s’adaptent aussi selon la matière que l’on a à usiner : une matière acier tendre, ce sera plutôt une meule à grain, si c’est de l’acier traité, c’est plutôt une meule Borazon, et si c’est du carbure, il y a ce qu’on appelle des meules « diamant ».

 

Laurence utilise une machine.

 

Ensuite, on installe la pièce et on fait tourner rond ! C’est-à-dire qu’on fait le réglage de la pièce avec la face, avec le diamètre, on se place au mieux. Il faut bien placer sa pièce selon les cotes à usiner, voire les réserves de matière que l’on a sur la pièce. Une fois que c’est fait, on lance l’usinage. Sur les commandes numériques, il faut préparer un programme. S’il n’est pas créé, il faut faire le déroulé d’usinage comme on l’imagine, avec une première ébauche, une phase de finition selon la pièce demandée.

On lance, il y a juste à appuyer sur le bouton ! Il y a toujours un contrôle avant usinage final. Une fois que c’est fini, on livre la pièce au service suivant. Des fois, ce sont des pièces finies qui vont directement au contrôle et d’autres fois, il y a encore du travail dessus donc ça va au préformage ou à l’érosion selon le travail demandé.

Laurence, rectifieure chez MicroMécanique.

Sinus, cosinus, tangente !

 

Etant jeune, je me serais crue incapable de faire ce que je fais là ! Il faut être bon en maths. On travaille énormément avec la trigonométrie. Je n’étais pas bonne en maths mais dans le monde du travail, ça vient naturellement et, d’un seul coup, on se dit « Ah oui ! Finalement, ce n’est pas si compliqué que ça ! ». La programmation c’est un langage à connaitre, on travaille avec des M, des G, ça s’apprend. Quand je suis arrivée chez MicroMecanique et qu’on m’a dit « Tu vas aller sur du numérique. », je me suis demandée où j’allais à mon âge mais ça se fait très bien.

 

Le mot de la fin

 

Pour aller vers ce métier, il faut aller voir ce qui se passe dans les ateliers. A partir du moment où on est rigoureux, qu’on a de la logique et qu’on aime travaille les matières, je dirais : Allez-y, foncez ! Essayez au moins !

 

 

 

La passion de Laurence est communicative ? Rendez-vous le 5 juin, au forum « Tous les métiers sont mixtes et ils recrutent ! » au J, à Angers pour découvrir d’autres métiers techniques.

Tous les métiers sont mixtes : Camille, team leader serrage

Camille, team leader serrage chez Scania Production Angers

Camille est team leader (cheffe d’équipe) serrage chez Scania Production Angers. Elle travaille dans l’industrie, un secteur majoritairement masculin. Dans le cadre du projet « Face pour l’égalité et la mixité« , elle témoigne de son quotidien au sein d’une entreprise qui oeuvre en faveur de l’accroissement des effectifs féminins au sein de la production.

 

Ouvrez les guillemets

 

Je m’appelle Camille, j’ai 32 ans. Je suis team leader (cheffe d’équipe) serrage. Je travaille chez Scania Production depuis 3 ans, je dépends du département qualité. Le serrage c’est tout ce qu’on vient assembler avec des vis ; tous les composants qui sont mis sur le camion sont assemblés avec des vis, on appelle ça « le serrage ». Ma mission principale est de mener des analyses au quotidien et de supporter mon équipe en cas de déviations. Je dois aussi choisir sur quelle priorité travailler, mon rôle est de savoir identifier les urgences.

 

Son parcours scolaire

 

J’ai fait un lycée filière générale avec option sciences de l’ingénieur. Ensuite, j’ai fait un IUT en mesure physique puis je suis partie en école d’ingénieur en apprentissage. C’est là que j’ai découvert l’industrie. J’étais dans une usine d’injection thermoplastique. C’est là que j’ai allié le côté technique et le travail en équipe.

 

Des camions chez Scania Production Angers

Pourquoi ce métier ?

 

J’ai toujours aimé bricoler, j’ai beaucoup aidé mon papa qui était très bricoleur. Il m’a vraiment transmis ça. Je m’étais toujours dit que je travaillerai dans le domaine technique. Le domaine de l’industrie, je ne le connaissais pas du tout avant de commencer mes études mais je savais que je ferai un métier en lien avec la technique, que je puisse toucher des pièces et ne pas rester derrière un bureau toute la journée. Ce que j’aime dans mon métier, c’est d’aller sur la ligne, de voir les opérateurs, de discuter avec eux des problèmes qu’ils peuvent rencontrer. De toucher et de me rendre compte de façon réelle ce qui se passe pour essayer de trouver des solutions, les tester. Quand ça marche, c’est vraiment très agréable !

 

Seule ou en équipe ?

 

 

Ça ne marche que parce que nous sommes une équipe. Quand on trouve la solution ensemble, c’est beaucoup plus puissant que quand on est tout seul à travailler dans son coin.
Mon équipe est constituée de 5 personnes. Deux personnes travaillent principalement toute la journée sur la ligne, ils sont appelés des torque men. Dans le milieu du serrage, on appelle ça un couple de serrage. Ils viennent faire des contrôles fréquentiels sur le camion pour vérifier que notre process est capable et répétable. On a aussi un spécialiste dans le domaine du serrage, il a une très grande expérience dans toutes les propriétés du serrage : tout ce qui peut se passer dans la vis quand on veut la serrer. C’est notre référent. Il nous aide pour mener les analyses et pour proposer les solutions. Ensuite, on a une autre personne qui fait toute l’analyse dès qu’il y a un problème.

 

 

Camille et son collègue

La vision de ses proches

 

Ce n’est pas forcément évident d’expliquer mon métier. Mon entourage me pose des questions. Je reste un peu floue. Avec les personnes qui travaillent dans l’industrie c’est très facile d’en parler par contre, avec celles qui ne travaillent pas du tout dans l’industrie, on a un jargon, un quotidien tellement spécifique à l’usine que ce n’est pas forcément évident de le décrire.

 

Son métier en trois mots

Terrain, analyse, équipe
Être cheffe d’équipe, un métier d’homme ?

 

On ne m’a jamais dit que ce n’était pas un métier de femme, par contre c’est arrivé qu’on me dise « Ah, c’est bien d’avoir des femmes à ces postes-là ! », comme si c’était exceptionnel et vraiment étonnant. Si on me dit que ce n’est pas un métier de femme, je réponds qu’il n’y a pas besoin d’être une femme ou un homme pour exercer ce métier. A partir du moment où on est formé, il n’y a pas de raison de faire la distinction. Je n’ai jamais connu de situations délicates par contre ce qui arrive régulièrement, et ce qui est aussi arrivé dans ma précédente entreprise, c’est que, naturellement, les hommes, sachant que je vais prendre des équipements qui nécessitent de la force, vont faire certaines remarques : « Attends ! Laisse je vais le faire ! », en gros « J’ai plus de muscles que toi. » mais ça n’a jamais été malveillant.

 

Usine de production Scania Angers

Le mot de la fin

 

Le principal, c’est d’être curieux, de se dire qu’on ne sait jamais grand chose des sujets et qu’on a tout à apprendre avec les autres, avec leur expérience, qu’il faut leur faire confiance. Etre curieux et poser des questions rend n’importe quel sujet beaucoup plus intéressant.

 

Fermez les guillemets

 

 

 

Si le métier de Camille et le secteur de l’industrie vous intéressent, rendez-vous au forum « Tous les métiers sont mixtes … et ils recrutent ! » le 5 juin, au J, à partir de 16h pour rencontrer des professionnel.le.s et des centres de formation.

Tous les métiers sont mixtes : Oriane, chargée de projet

Après les coulisses des tournages du projet Face pour l’égalité et la mixité, retrouvez le portrait des collaboratrices et collaborateurs qui exercent des métiers dans lesquels il est peu commun de les retrouver. Avec ses mots, Oriane partage son quotidien et nous parle de son métier de chargée de projet. Elle évoque également les obstacles qu’elle a pu rencontrer en tant que femme. A travers son témoignage, elle encourage les élèves à découvrir davantage les métiers qui leur plaisent et à se lancer.

 

 

Ouvrez les guillemets

 

Je m’appelle Oriane, j’ai 24 ans et je suis chargée de projet chez Enedis. Je m’occupe de la gestion administrative et technique des chantiers de raccordement électrique.

 

Son parcours scolaire

 

J’ai fait un BTS assistante de manager. J’ai été assistante commerciale pendant deux ans et puis j’ai travaillé chez Enedis pendant un an et demi en tant qu’intérimaire. Quand on m’a proposé d’être embauchée dans l’entreprise, j’ai souhaité intégrer un service technique pour travailler dans le cœur de métier de mon entreprise. Ce n’est pas forcément le cursus classique d’une personne chargée de projet. Pour autant, mes études m’ont permis d’appréhender plus facilement les procédures de l’entreprise. Informatiquement parlant, je suis plus à l’aise que certains. J’ai dû apprendre toute la partie technique donc ça a été beaucoup d’investissement personnel, pour autant, c’est possible de se rediriger vers un domaine qu’on ne connait pas, qu’on n’a jamais appris réellement à l’école. Il faut juste le vouloir et s’investir personnellement.

 

La panoplie de la chargée de projet

 

La panoplie de la chargée de projet : casque, chaussures de sécurité, gilet orange, tablette, curvimètre

 

Sa journée de travail

 

Les journées ne se ressemblent pas, elles changent en fonction de l’urgence qui peut arriver dans la journée. Je sors au moins une fois dans la journée pour aller sur mes chantiers, soit sur les chantiers en cours pour aller visiter mes prestataires et voir comment ça se passe, vérifier que tout est conforme, que la sécurité est bien présente. Je peux également avoir des rendez-vous avec mes prestataires pour planifier et voir les travaux à réaliser. Mon téléphone peut sonner à tout moment pour m’indiquer qu’il y a un problème sur un chantier et donc qu’il va falloir que je me déplace pour essayer de le résoudre. Il y a aussi une grosse partie administrative dans la préparation des chantiers.

 

Seule ou en équipe ?

 

Je travaille en autonomie puisque chaque chargé.e de projet a son portefeuille mais chaque projet, chaque client est différent à appréhender et malgré tout, on est obligé de travailler en équipe. On s’aide, on se donne des conseils pour avancer mais on est quand même sur un travail en autonomie.

 

Un métier stressant

 

Mon métier est stressant. Il faut être assez réactif. A partir du moment où notre téléphone sonne et qu’on nous indique qu’il y a un problème sur un chantier, il faut être réactif donc il faut prendre les chaussures de sécurité, le casque et partir sur les chantiers. Ça peut être stressant mais c’est aussi l’attrait du métier. On ne peut pas prévoir notre journée, il n’y a pas de quotidien. On nous appelle, il faut venir !

 

Oriane, chargée de projet chez Enedis

Un métier d’homme ?

 

Non, ce n’est pas un métier d’homme. Ce n’est pas parce qu’on est dans le domaine technique que forcément c’est un métier pour les hommes. Ce qui compte, c’est d’aimer son métier peu importe si on est une femme ou un homme. Ce n’est pas quelque chose qu’on me renvoie mais c’est un constat, aujourd’hui, on est à peine 20% de femmes dans les services techniques sur le 49 donc oui, dans l’idée de base c’est un métier d’hommes mais de plus en plus de femmes intègrent nos services. C’est positif et c’est également une volonté de l’entreprise d’intégrer les femmes dans ce domaine technique.

Le terme « métier destiné aux femmes ou aux hommes » n’a pas de sens pour moi. Aujourd’hui, on n’a pas besoin d’être un homme pour exercer tel ou tel métier et inversement pour les femmes. Je le constate tous les jours ici. Je n’ai pas de problèmes à exercer ce métier parce que je suis une femme donc, pour moi ce n’est pas une phrase qui se justifie.

 

Son métier en trois mots

relationnel, pilotage, autonomie

Être une femme, un problème ?

 

Au quotidien, dans l’entreprise, le relationnel ne change pas vraiment mais en externe, le fait d’être une femme peut changer le rapport de force avec les clients notamment. J’ai déjà rencontré des problèmes avec un client qui, je pense, était déstabilisé du fait que j’étais une femme sur le domaine technique, il remettait en cause mes compétences. Il a d’ailleurs appelé un de mes responsables pour lui notifier qu’il souhaitait un autre chargé d’affaires sur son projet. Mes responsables m’ont soutenu, ils m’ont accompagné en rendez-vous pour reprendre ma position de chargée de projet dans ce dossier. Mais au quotidien avec les collègues on est plutôt dans une dynamique de s’aider et de s’accompagner les uns les autres, peu importe si je suis une femme ou un homme.

 

La vision de ses proches

 

L’image qu’on me renvoie de mon métier est plutôt positive, les gens sont assez étonnés et posent des questions sur mon métier puisque ce n’est pas un métier qui est très connu et ce n’est pas un métier qui en général est destiné aux femmes. On me pose beaucoup de questions et on est intéressé.

 

Un message à passer aux jeunes ?

 

Le message que j’aimerais faire passer aux jeunes qui potentiellement pourraient faire ce métier, c’est de se dire qu’il faut casser ces barrières de femme ou homme dans le domaine technique. C’est un métier qui est ouvert à tout le monde et qui est accessible. Un métier qui est plutôt riche et intéressant. Si ça vous plait et vous donne envie il faut se renseigner et derrière se lancer.

Fermez les guillemets

 

 

 

Si le métier d’Oriane vous plait, rendez-vous le 5 juin, au J à partir de 16h pour rencontrer des professionnel.le.s et des centres de formation.

Face pour l’égalité et la mixité : épisode 2

Le point commun entre une rectifieure, une conductrice de poids lourd et une mécanicienne auto ? La passion. Après Oriane et Camille, ce sont Laurence, Blandine et Laurine qui sont passées devant la caméra pour parler de leurs métiers. Elles travaillent dans l’industrie et les transports, des secteurs majoritairement masculins, et témoignent afin d’encourager les jeunes à s’orienter vers le métier et le secteur d’activité qui leur plait.

 

Les chiffres de la mixité des métiers des transports et de l'industrie.

Episode 2 : Clap de fin pour les tournages

 

Le dernier tournage de cette série consacrée aux collaboratrices et collaborateurs qui exercent des métiers dans lesquels il n’est pas courant de les retrouver a eu lieu le 27 avril. L’occasion, pour nous, de revenir sur ces rencontres dans des entreprises qui s’engagent en faveur de la mixité professionnelle.

Chez MicroMécanique, tous les sens de Laurence, rectifieure, sont en éveil. Elle aime l’odeur de l’atelier et le contact avec la matière.

 

Laurence, rectifieure chez Micro Mécanique
Laurence, rectifieure chez MicroMécanique
Laurence partage son quotidien.
Laurence partage son quotidien.

 

A 26 ans, Blandine exerce le métier dont elle rêvait : elle conduit des poids lourds chez GLT (Georgelin Logistique et Transport). Elle a pris la relève des hommes de sa famille.

Ça tourne, Blandine parle de son quotidien au volant de son camion.
Ça tourne ! Blandine parle de son métier au volant de son camion.
Blandine décharge son camion sur le quai.
Blandine décharge son camion sur le quai.

Grâce à l’un de ses professeurs de collège, Laurine a découvert la mécanique. Mordue d’automobile, elle est en apprentissage chez Renault Angers. Elle a continué à croire en elle malgré les obstacles rencontrés lorsqu’elle a choisi cette orientation.

Laurine, mécanicienne auto chez Renault Angers.
Laurine, mécanicienne auto chez Renault Angers.
Laurine traverse l'atelier.
Laurine traverse l’atelier de Renault Angers.

A venir

 

Prochainement, les collaboratrices et collaborateurs iront à la rencontre de collégien.ne.s dans leurs classes. A travers des échanges et des partages d’expérience, les élèves seront amenés à s’interroger sur les stéréotypes Filles/Garçons.

Le 5 juin aura lieu un Forum au J. La journée sera dédiée aux collégien.ne.s qui assisteront à diverses animations et présentations afin de les sensibiliser à l’élargissement des choix professionnels et de changer l’image des métiers. La fin d’après-midi sera ouverte au public de 17 à 30 ans.

  • 16h-18h : rencontres avec des centres de formation et des professionnel.le.s qui recrutent
  • 18h-19h30 : table ronde « Comment imaginer un parcours mixte de l’école jusqu’à l’entreprise ? » en présence de parties prenantes

L’inclusion des populations LGBT en entreprise

Inclusion des populations LGBT en entreprise

Vendredi 20 avril, Face Angers Loire organisait un petit déjeuner RSE sur l’inclusion des populations LGBT en entreprise. Les associations Quazar et l’Autre Cercle sont intervenues afin de sensibiliser les participant.e.s à la prévention des discriminations, aux bonnes pratiques et aux solutions à mettre en place face à une situation conflictuelle.

 

Etat des lieux de l’inclusion dans le monde du travail

 

1 personne sur 3 considère que le fait de révéler son homosexualité à son entourage professionnel peut avoir un impact négatif sur la carrière
1 personne sur 3 considère que le fait de révéler son homosexualité à son entourage professionnel peut avoir un impact négatif sur la carrière.

 

Certaines enquêtes évoquent un million, d’autres deux mais le constat est le même : une majorité de personnes homosexuelles cache leur orientation sexuelle dans la sphère professionnelle. Ce secret peut être source de mal être au travail et d’isolement, deux phénomènes qui ont des conséquences sur le collectif des organisations. Elles ont donc tout intérêt à favoriser l’inclusion de chacun.e. Cependant, 27% des entreprises ayant formalisé une politique de diversité ciblent explicitement le critère de l’orientation sexuelle dans leurs actions de promotion de l’égalité et 20% celui de l’identité de genre.

 

L’inclusion de chacun.e par l’engagement de l’organisation

 

La signature d’une charte éthique, d’un accord cadre et/ou l’élaboration d’un plan d’actions permettent aux entreprises de formaliser leur engagement. De plus, la prise de position des employeur.se.s en faveur de la lutte contre les discriminations doit être connue de tous, en interne et en externe, à travers des campagnes de communication dédiées, de l’affichage et la publication de documents.

Les associations luttant pour la diversité et l’inclusion dressent des recommandations et partagent des bonnes pratiques à adopter au sein des organisations en fonction de leur taille et de leur secteur (privé ou public).

 

Les hommes homosexuels gagneraient en moyenne 6,3% de moins que les hommes hétérosexuels dans le secteur privé et 5,6% de moins dans le secteur public.
Les hommes homosexuels gagneraient en moyenne 6,3% de moins que les hommes hétérosexuels dans le secteur privé et 5,6% de moins dans le secteur public.

 

Ainsi, la création d’un environnement inclusif, notamment grâce à l’exemplarité des dirigeant.e.s et cadres, apparaît comme indispensable. Elles préconisent également de se concentrer sur les compétences et réalisations des employé.e.s à chaque étape du parcours professionnel (recrutement, progression, salaire, etc.) afin de garantir une égalité de traitement pour tou.te.s. De plus, la confidentialité des données et des informations doit être garantie qu’il s’agisse d’un changement de situation familiale comme un mariage ou un PACS ou d’avantages sociaux. L’entreprise est également invitée à penser les documents relatifs au contrat de travail, à l’organisation, aux invitations (repas de Noël, voyages …) de manière à ne pas utiliser de termes susceptibles d’exclure un ou une salarié.e. Enfin, sanctionner les comportements discriminatoires est impératif pour assurer un engagement visible et un climat serein pour chacun.e.

 

Une blague à la machine à café ? Une remarque dans les vestiaires ? Aucun propos ne doit laisser indifférent. La prise de position des dirigeant.e.s est primordiale. Ces comportements doivent être bannis.

 

Présentation de la vision, des missions et des valeurs de l'Autre Cercle
Présentation de la vision, des missions et des valeurs de l’Autre Cercle

Soutenir et agir face à la discrimination

 

Encore tabou en entreprise, la question de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre peut être banalisée à travers la sensibilisation et la formation des collaboratrices et collaborateur selon le Défenseur des Droits. La première action consiste à informer les équipes de l’engagement de l’entreprise tandis que la seconde vise à faire évoluer les mentalités.

 

Dans toute entreprise employant au moins trois cents salariés et dans toute entreprise spécialisée dans le recrutement, les employés chargés des missions de recrutement reçoivent une formation à la non-discrimination à l’embauche au moins une fois tous les cinq ans.

Article L1131-2 du code du travail

 

Part des personnes LGBT interrogées en France déclarent avoir fait l’objet de commentaires ou d’attitudes négatives au travail
Part des personnes LGBT interrogées en France qui déclarent avoir fait l’objet de commentaires ou d’attitudes négatives au travail

 

Moquerie, injures, menaces, outing, harcèlement, agressions sont autant d’actes qui peuvent surgir sur le lieu de travail. Comment agir ? Afin de lutter contre la non dénonciation, les entreprises sont encouragées à communiquer sur les voies de recours et les acteur.trice.s pouvant aider les victimes. Supérieur.e hiérarchique, référent.e dans l’entreprise, responsable des ressources humaines, médecin du travail, Défenseurs des Droits, associations d’aide aux victimes sont autant de personnes vers lesquelles il est possible de se tourner en cas de discriminations. L’employeur, quant à lui, ne doit laisser aucun acte impuni. La prise de position est primordiale même quand il s’agit d’une blague à la machine à café. Du dialogue à l’action en justice, la réponse doit être adaptée à la situation.

L’exemplarité des dirigeants est un premier pas vers l’évolution des mentalités et l’ouverture à la tolérance.

 

Sources :
Guide « Agir contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans l’emploi », Défenseur des droits
– Thierry LAURENT et Ferhat MIHOUBI, « Orientation sexuelle et écart de salaire sur le marché du travail français : une identification indirecte », Economie et Statistique, n°464-465-466, 2013.
-Organisation internationale du travail, 5e baromètre sur la perception des discriminations au travail, 2012
L’Autre Cercle
Quazar

L’Apprenti Academy vous accompagne sur la route de l’apprentissage

Apprenti Academy

Vous êtes jeune et envisagez de devenir apprenti.e à la rentrée 2018 ?

Vous vous interrogez sur votre projet professionnel ?

Rejoignez l’Apprenti Academy !

 

Qu’est ce que l’Apprenti Academy ?

 

L’apprentissage permet une immersion dans le monde professionnel grâce à l’alternance entre périodes en entreprise et en centre de formation. En 2017, 28 323 apprentis ont choisi cette voie en Pays de la Loire.

De la recherche de l’entreprise à la signature du contrat, Face Angers Loire accompagne les jeunes de 15 à 30 ans dans la construction de leur projet professionnel.

Les secteurs de l’industrie, du BTP, de la vente, de l’hôtellerie et du service à la personne forment aux métiers qui recrutent. Ils recherchent des apprenti.e.s et sont donc concernés par ce dispositif.

D’avril à septembre, le parcours des apprenti.e.s sera jalonné de rencontres, de visites, d’échanges et d’ateliers.

 

Les étapes de l'apprenti academy

 

Pour plus d’informations, contactez Adeline Jouin par email actionemploi.faceangersloire@gmail.com ou par téléphone au 07.88.09.37.95.

 

Face pour l’égalité et la mixité : épisode 1

Né de constats et de problématiques locales et nationales, le projet « Face pour l’égalité et la mixité » vise à déconstruire les stéréotypes de genre. Les entreprises de la métropole angevine se mobilisent dans ce sens avec l’ensemble des parties prenantes concourant à l’éducation de l’enfant.

Les chiffres de la mixité des métiers.
Les chiffres de la mixité des métiers.

 

Il existe toujours de fortes variations dans la répartition des hommes et des femmes selon les secteurs d’activités. Ainsi, les domaines de la construction, de la métallurgie, les industries extractives et la fabrication de matériels de transport, d’équipements électriques et produits industriels sont majoritairement masculins tandis que l’enseignement et les activités pour la santé humaine restent des secteurs davantage féminins.

 

Episode 1 : Silence, ça tourne !

 

Face Angers Loire souhaite mettre en avant des collaboratrices et collaborateurs qui exercent des métiers et évoluent dans des secteurs dans lesquels il est encore peu commun de les rencontrer. Ces témoignages visent à rompre les représentations et élargir les choix professionnels des élèves.

 

 

Jeudi 12 avril, Oriane, chargée de projets chez Enedis, et Camille, team leader serrage, chez Scania Angers sont passées devant la caméra pour partager leur passion pour leur métier.

 

Oriane partage son quotidien de chargée de projets chez Enedis.
Oriane partage son quotidien de chargée de projets chez Enedis.
Camille, team leader serrage chez Scania Angers.
Camille, team leader serrage chez Scania Angers.
Camille et son équipe pendant leur réunion quotidienne.
Camille et son équipe pendant leur réunion quotidienne.

A venir

 

Prochainement, les collaboratrices et collaborateurs iront à la rencontre de collégien.ne.s dans leurs classes. A travers des échanges et des partages d’expérience, les élèves seront amenés à s’interroger sur les stéréotypes Filles/Garçons.

Le 5 juin aura lieu un Forum au J. La journée sera dédiée aux collégien.ne.s qui assisteront à diverses animations et présentations afin de les sensibiliser à l’élargissement des choix professionnels et de changer l’image des métiers. La fin d’après-midi sera ouverte au public de 17 à 30 ans.

  • 16h-18h : rencontres avec des centres de formation et des professionnel.le.s qui recrutent
  • 18h-19h30 : table ronde « Comment imaginer un parcours mixte de l’école jusqu’à l’entreprise ? » en présence de parties prenantes

 

A la découverte des métiers et des formations avec l’Apprentibus

Au cœur de l'Apprentibus

Mardi 27 mars, les élèves du collège Saint-Joseph-L’Armangé de Chalonnes-sur-Loire ont accueilli l’Apprentibus. A travers des outils numériques présentés dans le véhicule (tablettes et casques de réalité virtuelle), ils ont pu découvrir les métiers. Cette découverte s’est poursuivie avec des professionnel.le.s en classe. En petit groupe, les collégien.ne.s ont échangé sur les différents métiers de l’entreprise, les formations, les perspectives d’évolution.

 

Zoom sur l’intervention des professionnel.le.s

 

Echange autour des métiers du bâtiment
Echange autour des métiers du bâtiment

Du côté des métiers de l’électricité et réseau représentés par deux collaborateurs de Enedis, les collégien.ne.s se présentent. Ont-ils une idée pour leur futur métier ? “ Je ne sais pas quoi faire mais je suis attiré par les métiers manuels”, répond l’un d’entre eux. “Par curiosité !”, lance son voisin.
Connaissez-vous Enedis ? Une courte vidéo présentant l’entreprise est diffusée aux élèves.
Ils s’interrogent sur la nature du travail et sur ses conditions.
Quelles sont les qualités requises pour le travail ? “L’esprit d’équipe, la capacité à travailler en sécurité, l’écoute.”

 

Les métiers de l’agriculture suscitent aussi beaucoup d’intérêt et de questions.
A quoi pensez-vous quand on vous parle d’agriculture ? « Aux agriculteurs et aux agricultrices ! » répondent les élèves en cœur. Les discussions leurs permettent de comprendre que derrière ces femmes et ces hommes se cachent de nombreuses personnes et de nombreux métiers.

 

Des élèves à l'écoute des professionnelles de l'agriculture
Des élèves à l’écoute des professionnelles de l’agriculture
A la découverte des métiers de l'électricité et réseau
A la découverte des métiers de l’électricité et réseau

Cette journée a permis aux collégien.ne.s de découvrir les métiers autrement. La répartition en petit groupe favorise les échanges avec les professionnel.le.s et l’utilisation des nouvelles technologies rend la découverte ludique et encore plus captivante.

Assemblée Générale de FACE Angers Loire

Mardi 20 mars 2018 s’est tenue l’assemblée générale du club FACE Angers Loire, dans les locaux de la Maison de la Création et de la Transmission d’Entreprises à Angers, en présence de membres de la Fondation et d’adhérent.e.s. Après un bilan positif, Fabien Sallé (co-fondateur et dirigeant de Akceli) et Jean-Michel Maillet (Elengy, ex-directeur du terminal méthanier de Montoir, Groupe ENGIE) sont intervenus sur les concepts d’entreprise libérée et d’agilité en entreprise.

 

Rétrospective de l’année 2017

 

Toujours plus de mobilisation, d’engagement et d’actions  

 

Avec une mobilisation et un engagement croissants, de nombreuses actions ont été menées en 2017.

Afin de sensibiliser et d’accompagner les managers et chefs d’entreprises, trois rendez-vous ont été organisés autour de thématiques liées à leur responsabilité sociétale comme la motivation au travail et l’épanouissement personnel, la lutte contre les violences faites aux femmes, le recrutement et management d’aujourd’hui.  

 
Rendez-vous RSE sur le thème de la lutte contre les violences faites aux femmes
Rendez-vous RSE sur le thème de la lutte contre les violences faites aux femmes

Pour accompagner les demandeurs d’emplois, des simulations d’entretiens de recrutement, des entretiens conseils et des parrainages encadrés par des professionnel.le.s ont été mis en place. Des visites d’entreprises ont également permis d’aller à la découverte et à la rencontre de secteurs qui recrutent.

En matière d’éducation, l’accent a été mis sur le renforcement du lien Entreprise-Ecole et la revalorisation de l’enseignement professionnel en lien avec les métiers en tension sur le territoire.

Enfin, acteurs et structures du territoire unies pour lutter contre l’exclusion, l’isolement et les discriminations ont renforcé leur partenariat afin de proposer des actions et événements comme les rencontres ALDEV, les jobs meetings et les rendez-vous commissions Emploi dans les quartiers.  

 

Sénior Atout+
Sénior Atout+

En bref  

9 actions ont été menées sur les champs de l’Emploi, de l’Entreprise et de l’Ecole.
Une centaine de professionnel.le.s ont été sensibilisé.e.s aux thématiques RSE et plus de 200 sollicité.e.s.
Le nombre d’entreprises impliquées a augmenté de 45%. Elles étaient 92 en 2016.
143 collaboratrices et collaborateurs ont été mobilisé.e.s. Soit une hausse de 49% par rapport à l’année précédente.
1348 heures de bénévolat ont été réalisées.
Au total, 329 personnes ont pu bénéficier d’une action (35% de plus qu’en 2016).  

 

Les temps forts de la vie du club  

 

En 2017, sont nés le site internet FACE Angers Loire et la page Linkedin du club. Relais d’informations, ils ont pour but de valoriser les actions et l’engagement des entreprises du réseau.
Au début de l’année, le club a accueilli une stagiaire en Ressources Humaines, Justine, qui est venue en appui à toutes les actions sur le champ de l’Emploi, jusqu’en juin. Côté équipe, Kevin Siao est venu compléter les rangs en tant que Chargé de mission Emploi Formation.

 

Visite de l'entreprise Giffard
Visite de l’entreprise Giffard

Cap sur 2018

 

En 2018, la volonté du Club Face Angers Loire est de mener toujours plus d’actions au profit du plus grand nombre. Cette assemblée générale était l’occasion pour Marie-Christine Pipet de présenter son départ de la fonction de présidence. Elle sera désormais assurée par Nicolas Touché, directeur de Enedis Maine-et-Loire.

 

Merci à tous pour votre engagement !

 

Retrouvez ici le PV de l’Assemblée Générale.

Ne manquez pas le passage de l’APPRENTIBUS à Angers!

Parce que le choix d’une orientation se fait dès le collège, la découverte des métiers et de l’apprentissage doit se faire au plus tôt.

C’est le rôle de l’Apprentibus : Conçu par la Région, ce véhicule itinérant sillonnera les Pays de la Loire en faisant étape dans les collèges. L’objectif sera d’informer les jeunes Ligériens sur les formations existantes sur tout le territoire régional ainsi que les emplois auxquels ils pourront accéder via l’apprentissage.

Il sera à Angers du 12 au 16 mars et du 26 au 31 mars 2018, au sein des établissements scolaires qui en auront fait la demande.

Dans ce cadre, FACE Angers Loire, partenaire de l’Apprentibus, recherche pour ces périodes, des entreprises pour venir à la rencontre des collégiens et parler de leurs métiers, proposer des stages, ou encore échanger sur les expériences des apprentis et ex-apprentis.

Vous souhaitez participer à l’Apprentibus ? Contactez Adeline JOUIN Tél: 07.88.09.37.95 clubfaceangersloire@gmail.com

En savoir plus sur l’apprentibus 

Apprentibus

Informations sur le mode de fonctionnement au sein des établissements:
Chefs d’entreprise, directeurs de CFA, ambassadeurs de l’apprentissage… Les acteurs de la formation et de la vie professionnelle locales viennent animer dans l’ApprentiBus chaque étape d’un parcours défini en fonction de la demande exprimée.
Après une heure de rencontres et d’échanges avec ces intervenants qualifiés, les jeunes peuvent vivre l’expérience d’un parcours virtuel au cœur des métiers et de l’offre de formation.
Grâce au véhicule et au stand mobile de 30 m2 déployé dans l’enceinte de l’établissement, ils ont la possibilité d’aller d’atelier en atelier pour découvrir la diversité des métiers et des filières, via des vidéos, des tablettes numériques et d’autres supports interactifs.
Une façon ludique et dynamique de découvrir tous les avantages de la formation professionnelle et de l’apprentissage, qui s’impose aujourd’hui, comme une voie d’excellence.
Pour toute information complémentaire, vous pouvez consulter le site dédié (http://apprentibus.fr).